Généralités

On retrouve des traces de tatouages au henné en Mésopotamie
, il y a quelques milliers d'années. Les Hébreux et les Egyptiens utilisaient le henné.

Au Maroc, le tatouage au henné est un art très présent. Il est utilisé dans les différents rites qui régissent les traditions. On dit qu'il est signe de bonne chance. Une tache de henné dans le creux de la main droite, ou un oeil est particulièrement efficace contre le mauvais oeil.
 

Les tatouages sont pratiqués à l'occasion de fêtes comme : des fiançailles, un mariage, une circoncision et l'Aïd . Le henné ne peut pas être appliqué pendant une période de deuil, en général quarante jours, de même qu'il n'est pas possible de se maquiller pour les femmes. Il est de même proscrit pendant le Ramadan, période pendant laquelle le corps ne peut subir aucune invasion extérieure.

Mariage et henna

Ce rituel précis est de moins en moins suivi, se limitant à une simple application du henné accompagné de chants, danses et repas entre femmes le plus souvent. Après avoir été tatouée de dessins complexes aux pieds et aux mains, la mariée est coiffée par une femme heureuse qui tresse ses cheveux et les place dans un anneau d'argent qui symbolise la pureté.La hennayat casse un oeuf sur sa tête, symbole de la fécondité, en nouant les cheveux, elle y introduit deux dattes enduites de miel, symbole du bonheur.

Henna et circoncision

La mère tresse ses cheveux enduits de henné et les attache avec un bracelet et une main de Fatma, contre le mauvais oeil. La circoncision se pratique entre 1 et 6 ans. On tatoue également l'enfant, ou on lui applique au moins une pastille de henné dans le creux des mains.

Symbolique du henné au Maroc

Le tatouage au henné est un outil de séduction. Les femmes marocaines sortaient souvent voilées, les mains et les pieds constituaient la seule partie visible de leur corps. Elles se servaient du henné pour transmettre des messages aux hommes. Langage de séduction, le henne constituait également une barrière de protection contre les mauvais sorts et les démons.